Hippias (ou Du mensonge – ou Du beau)

9782363077875

Hippias
Platon (traduction Victor Cousin)
Les deux Hippias sont nommés de manière évidente d’après l’unique interlocuteur de Socrate. On distingue les deux Hippias par les adjectifs majeur et mineur, qui renvoient à la longueur des textes, bien que l’on ait pu y voir également une indication de la difficulté relative des dialogues6. L’Hippias majeur se déroule trois jours avant une conférence que doit donner Hippias7, tandis que l’autre Hippias a lieu peu après. Du point de vue dramatique, c’est donc l’Hippias majeur qui précède l’Hippias mineur.
Dans l’Hippias mineur, Socrate soutient la thèse selon laquelle l’homme qui ment ou fait le mal volontairement est meilleur que celui qui le fait involontairement.
Dans L’Hippias majeur, Socrate dispute avec le sophiste Hippias d’Élis de la définition du mot grec Καλόν (kalon), que traduit de manière imprécise le mot français beau, et qui se dit de « toutes les réalités dont on estime la valeur et l’excellence. »

PlatonPermalink

Comments are closed.