Le Voyage de M. Perrichon de Eugène Labiche

9782363076779

Le Voyage de M. Perrichon
Eugène Labiche
L’histoire débute en France, plus précisément dans une gare à Metz, dans les années 1860. Monsieur Perrichon, sa femme et sa fille, prennent pour la première fois le train, pour aller en vacances à Chamonix. À la gare, ils sont abordés par deux jeunes hommes, Armand Desroches et Daniel Savarie, charmés par la fille de Monsieur Perrichon, qui les avait rencontrés à un entretien.
Une lutte royale mais acharnée commence entre les deux jeunes hommes, tous deux voulant faire route avec la famille Perrichon pour gagner sa confiance et son affection, et aussi la main de Henriette.
L’un des deux hommes sauve la vie de monsieur Perrichon tombé dans une grotte, et en est chaleureusement félicité par la famille, mais l’évocation de l’épisode semble gêner le beau-père en puissance. Voyant cela, l’autre jeune homme a une idée : il fait à son tour semblant de tomber dans une grotte et se fait au contraire sauver par M. Perrichon, qui – très fier de lui – le prend désormais en affection et sous sa protection.
Monsieur Perrichon se retrouve aussi dans une situation dangereuse lorsqu’il insulte un ancien commandant. Ce militaire le retrouve douze jours plus tard, pour le défier en duel à nue. Grâce à l’un des deux gendres en puissance, ce duel sera évité, mais avec un résultat inattendu. Source Wikipédia.

Publié dans Labiche, Eugène | Collection | Commentaires fermés sur Le Voyage de M. Perrichon de Eugène Labiche

Andromaque de Racine

9782363075727

Andromaque
Racine
L’argument de la pièce se résume en une phrase : Oreste aime Hermione, mais elle aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime encore le souvenir de son mari, Hector, tué pendant la guerre de Troie.
Racine s’inspire de chants de L’Iliade d’Homère, notamment pour la figure d’Andromaque. Son histoire avait déjà été traitée par Euripide dans ses pièces Andromaque et Les Troyennes, cette dernière ayant été adaptée plus tard par Sénèque, mais Racine cite dans sa première préface L’Énéide de Virgile comme source principale de référence.  Source Wikipédia.

Publié dans Racine | Collection , | Commentaires fermés sur Andromaque de Racine

Phèdre de Racine

9782363075703

Phèdre
Jean Racine
Phèdre est une tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine créée et représentée pour la première fois le 1er janvier 1677. Elle est la dernière tragédie profane de Racine avant un long silence de douze ans au cours duquel il se consacrera au service du roi et à la religion. Une nouvelle fois, il choisit un sujet déjà traité par les poètes tragiques grecs et romains.
Phèdre subi la concurrence d’une autre Phèdre et Hippolyte due à Nicolas Pradon, et créée deux jours plus tard sur la scène du théâtre de l’Hôtel Guénégaud. La confrontation tourna immédiatement à l’avantage de Racine, et la pièce de Pradon. Source Wikipédia.

Publié dans Racine | Collection , | Commentaires fermés sur Phèdre de Racine

Britannicus de Racine

9782363075710

Britannicus
Racine
Britannicus est la deuxième grande tragédie de Racine. Pour la première fois, l’auteur prend son sujet dans l’histoire romaine. L’empereur Claude a eu un fils, Britannicus, avant d’épouser Agrippine et d’adopter Néron, fils qu’Agrippine a eu d’un précédent mariage. Néron a succédé à Claude. Racine raconte l’instant précis où la vraie nature de Néron se révèle : sa passion subite pour Junie, fiancée de Britannicus, le pousse à assassiner son frère adoptif. Néron est poussé moins par la crainte d’être renversé par Britannicus que par une rivalité amoureuse. Son désir pour Junie est empreint de sadisme envers la jeune femme et envers tout ce qu’elle aime. Agrippine est une mère possessive qui ne supporte pas de perdre le contrôle de son fils et de l’Empire.
Britannicus est aujourd’hui la deuxième pièce de Racine la plus souvent représentée à la Comédie-Française après Andromaque, et c’est l’une des pièces les plus souvent étudiées au lycée. Source Wikipédia.

Publié dans Racine | Collection , | Commentaires fermés sur Britannicus de Racine

La Cerisaie de Anton TChekhov

9782363075246

La Cerisaie
Anton Tchekhov

En cette fin de xixe siècle, le mois de mai s’installe doucement en Russie dans la propriété de Lioubov Andréïevna. En compagnie de son frère et de quelques parents et amis, elle contemple les délicates fleurs des innombrables cerisiers de la propriété onduler doucement dans la brise, en pensant au passé. Rien n’est plus comme avant. Lioubov a dilapidé son héritage au profit d’un amant français et la propriété ne rapporte plus autant de revenus que du temps de ses parents.
La Cerisaie est une pièce de théâtre d’Anton Tchekhov créée en 1904. Commencée en 1901, la pièce – une comédie en quatre actes – est achevée en septembre 1903. La première a lieu au Théâtre d’art de Moscou le 17 janvier 1904, puis la pièce est représentée en avril à Saint-Pétersbourg, où elle connaît un succès plus vif encore. Source Wikipédia.

Publié dans Tchekhov, Anton | Collection | Commentaires fermés sur La Cerisaie de Anton TChekhov

La mouette de Anton Tchekhov

9782363075253

La Mouette
Anton Tchekhov

La mouette est le symbole de l’histoire de Nina, aimée par Konstantin qui lui a écrit une pièce. Persuadée de sa vocation d’actrice, elle s’enfuit avec Trigorine, un écrivain reconnu, amant de la mère de Konstantin. Mais elle ne rencontrera pas la réussite, reniée par sa famille et délaissée par son amant. Elle aime le lac, comme une mouette, et elle est heureuse et libre, comme une mouette. Mais un homme arrive par hasard et, quand il la voit, par désœuvrement la fait périr. Comme cette mouette ». La mouette devient le symbole de l’existence de Nina, heureuse près de son plan d’eau mais détruite par le chasseur Trigorine. Source Wikipédia.

Publié dans Tchekhov, Anton | Collection | Commentaires fermés sur La mouette de Anton Tchekhov

Oncle Vania de Anton Tchekhov

9782363075260

Oncle Vania
Anton Tchekhov
Oncle Vania est une pièce de théâtre en 4 actes d’Anton Tchekhov de 1897 qui mélange le drame et le comique.
Cette pièce est inspirée de la pièce Le Sauvage, également d’Anton Tchekhov. La pièce fut d’abord jouée dans des villes de province et ne fut créée au Théâtre d’Art à Moscou que le 26 octobre 1899. Maxime Gorki, qui avait vu la pièce à Nijni Novgorod, en félicita l’auteur.
Elle raconte le séjour d’été du professeur Sérébriakov et de sa jeune épouse Eléna, chez son beau-frère Ivan Voïnitski (l’oncle Vania qui donne son nom à la pièce). Source Wikipédia.

Publié dans Tchekhov, Anton | Collection | Commentaires fermés sur Oncle Vania de Anton Tchekhov