Les Lois de Platon

9782363078087

Les Lois
Platon (traduction Victor Cousin)
Les Lois est le titre du dernier des dialogues de Platon. C’est aussi le plus long des dialogues platoniciens et le seul où Socrate n’apparaît pas. Dans les Lois, Platon fait discuter plusieurs vieillards sur la valeur de la constitution de plusieurs cités. La scène se passe en Crète, sur le chemin de Cnossos au temple de Zeus, où se rendent les trois interlocuteurs.
Selon Platon, les lois sont essentielles pour la cohésion dans la « cité idéale » car l’homme ne possède pas de prédisposition à cultiver l’intérêt général dès la naissance, ainsi il est le premier philosophe à évoquer des règles possibles, un mode d’organisation ayant pour but de lutter contre la corruption et de faire naître la notion de devoir moral chez le citoyen.
Le rôle de l’éducation y est défini comme primordial autant dans le domaine sportif que scolaire, étudier n’est pas un droit mais un devoir dans la Cité idéale platonicienne, et ce jusque l’âge de 18 ans. Puis le jeune adulte est contraint d’effectuer l’éphébie pour une période de deux ans, après quoi il décidera ou non de la poursuite de ses études. S’il opte pour les continuer, il devra se soumettre à dix années de synthèse des connaissances précédentes et à l’étude de quatre domaines fondamentaux (l’arithmétique, la géométrie, l’astronomie et la science de l’harmonie) après quoi seulement ils pourront se consacrer à l’étude de la philosophie.

Publié dans Platon | Collection | Commentaires fermés sur Les Lois de Platon

Philèbe (ou Du plaisir) de Platon

9782363077998

Philèbe
Platon (traduction Victor Cousin)
Le Philèbe (ou Du Plaisir) est un dialogue de Platon du genre éthique, considéré comme l’avant-dernier nous étant parvenu (avant Les Lois). Le dialogue se présente à la manière d’un exercice de dialectique, classique dans l’Académie de Platon : chacun a une thèse à défendre touchant un problème philosophique. Le Philèbe porte sur la vie bonne ; Socrate défend que la vie bonne est avant-tout constituée par la réflexion et la science, tandis que Philèbe laisse le soin à Protarque d’opposer à Socrate sa thèse d’une vie faite de plaisir. L’art se rapporte à la fois au beau et à l’agréable ; il exprime l’un en excitant l’autre ; il a le bien pour dernier but et le plaisir pour condition immédiate. Il y a deux sortes de plaisirs que Platon a déjà distingués dans le Philèbe : celui des sens qui naît de leur seule satisfaction, et celui de l’âme qui est attaché par un lien merveilleux à la perception du vrai et à celle du bien.

Publié dans Platon | Collection | Commentaires fermés sur Philèbe (ou Du plaisir) de Platon

Le politique (ou De la royauté) de Platon

9782363078001

Le Politique
Platon (traduction Victor Cousin)
Le Politique est un dialogue de Platon, il est la suite du Sophiste qui est lui-même la suite du Théétète. Il a pour interlocuteurs principaux l’Étranger d’Élée et Socrate (un homonyme plus jeune que le maître de Platon). Il s’agit d’un dialogue entre Socrate Le jeune et l’étranger. Platon fait une réflexion sur la législation. Il va développer l’idée selon laquelle le législateur ne doit subir aucune entrave dans l’exercice de son art. Il doit être totalement libre. Il va utiliser une métaphore médicale pour expliquer cette position : il utilise l’exemple du médecin qui est contraint de partir loin de ses patients et qui va consigner par écrit ses prescriptions. Avant son retour il se peut que ses prescriptions ne conviennent plus à ses malades. Le médecin sera alors obligé de modifier ses prescriptions. Il en est de même pour le législateur selon Platon parce que les conditions du peuple ont changé.

Publié dans Platon | Collection | Commentaires fermés sur Le politique (ou De la royauté) de Platon

Protagoras (ou Les sophistes) de Platon

9782363078018

Protagoras
Platon (traduction Victor Cousin)
Protagoras est un penseur présocratique et professeur du Ve siècle av. J.-C. (né vers -490 ; mort vers -420). Considéré par Platon comme un sophiste, il est reconnu comme tel par la tradition antique et récente. Déjà renommé de son vivant, Protagoras est resté célèbre pour son agnosticisme avoué et un certain relativisme. Ses deux citations les plus notoires sont : « Des dieux, je ne sais ni s’ils sont ni s’ils ne sont pas » et « l’homme est la mesure de toute chose ».

Publié dans Platon | Collection | Commentaires fermés sur Protagoras (ou Les sophistes) de Platon

Le sophiste (ou De l’être) de Platon

9782363078025

Le Sophiste
Platon (traduction Victor Cousin)
Le Sophiste est un dialogue de Platon traitant de la nature du sophiste, et de celle de l’être. Ecrit aux environs de 360 avant J.-C., il est la suite du Théétète, dont il prolonge la discussion. Théodore et Socrate s’étaient donné rendez-vous la veille pour continuer la discussion avec Théétète, accompagné d’un étranger qui vient d’Élée. Socrate et Théodore écoutent dialoguer l’étranger qui interroge et Théétète qui répond. Comme dans les derniers écrits de Platon, Socrate n’intervient pas, car le sophiste critique la position traditionnelle que Platon donne à Socrate : la Théorie des Idées, ici désignée sous la théorie des formes (« les amis des formes »). Le Sophiste fait partie de la série chronologique Parménide, Théétète, le Sophiste, le Politique. Platon y critique et assouplit son ontologie primitive des Idées pour lui substituer une théorie de la participation à l’Idée, au divin. Voir aussi le Cratyle et le Philèbe.

Publié dans Platon | Collection | Commentaires fermés sur Le sophiste (ou De l’être) de Platon

Théétète (ou De la science) de Platon

9782363078032

Théétète
Platon (traduction Victor Cousin)

Le Théétète présente au moins deux qualités remarquables quand on le compare aux autres dialogues : c’est le seul des dialogues classé à partir de la maturité de l’auteur à être un dialogue aporétique. Autrement dit, le Théétète ressemble plus, de ce point de vue, aux dialogues que l’on regroupe sous le nom de socratiques et que l’on considère comme des dialogues de jeunesse (voir par exemple Lysis). Le Théétète est également l’avant-dernier dialogue à mettre Socrate en scène comme interlocuteur principal – le dernier étant le Philèbe.
Le Théétète est un dialogue de Platon dans lequel Socrate discute avec le jeune Théétète d’Athènes, mathématicien contemporain de Platon et disciple de Théodore de Cyrène, de la définition de la science. Ce dialogue est le premier d’une série de trois (avec Le Sophiste et Le Politique), ou de quatre, si l’on compte Le Philosophe.

Publié dans Platon | Collection | Commentaires fermés sur Théétète (ou De la science) de Platon

Timée (ou De la nature) de Platon

9782363078049

Timée
Platon (traduction Victor Cousin)
Le Timée est un des derniers dialogues de Platon décrivant la genèse du monde physique et de l’homme. Le dialogue se situe après La République et il est suivi par le Critias. Le texte se présente comme un exposé que fait Timée, précédé d’une brève conversation qui lui tient lieu d’introduction. Le Timée devait faire partie originellement d’une trilogie, avec le Critias (parvenu à nous sans doute incomplet) et l’Hermocrate (jamais retrouvé). Cette trilogie avait pour projet de décrire les origines de l’univers, de l’homme et de la société.

Publié dans Platon | Collection | Commentaires fermés sur Timée (ou De la nature) de Platon